Jacques

MUNIGA

doctorat

en

Géographie

DESS en Droit

 

 

 

 
 
 

 

  Découvrez le NOUVEAU site du CROQUIS de Géographie cliquez ici 

 

 

 

Et des fonds de cartes gratuits :  Allemagne - Amérique du Nord - Asie Orientale -Belgique  -  Brésil - Chine Espace méditerranéen - Espace mondial EspagneEurope - Europe rhénane France - ItalieJapon -   Royaume-Uni - Russie - U.S.A.

 

 

 

 

 

 

 

 

Mise en oeuvre pour le prof...

De la carte thématique au croquis de géographie :

un itinéraire possible en classe de seconde 

 

 

Cet exemple s'appuie sur les logiciels SCAP3 et OCAD

mais, vous pouvez également utiliser à la place de SCAP3 :

- Géoclip présenté ici

- le logiciel Micro-Image (SIG) présenté ici 

 

- ou le tout nouveau Carto_Falsh_SDLV présenté ici

 

  

Avertissement :

Aujourd'hui, la Géographie qui, en France, a grandi à l'ombre de l'histoire se cherche (encore).

Elle a, un temps, voulu s'affranchir en se jetant dans les bras d'autres sciences toutes puissantes faisant croire que l'on pouvait mettre les montagnes en équation...

Elle n'a pas encore véritablement trouvé sa voie mais de nombreuses voix se font entendre pour, déjà, tracer les contours de la géographie de demain.

Et, pendant ce temps, didactique, pédagogie et pédago-didactique s'entrechoquent... chut !... les enseignants réfléchissent à la manière d'enseigner "la" géographie dans le secondaire...

 

C'est pourquoi je propose (pour faire avancer le schmilblik) une voie que certains n'hésiterons probablement pas à qualifier de géographie "à tiroirs".

 

Une géographie à tiroirs ? Ma réponse est Non. Au contraire, je présente le gâteau (l'image du pays -exemple USA entre mythe et réalité-) puis je donne la liste de tous les ingrédients le composant et nous essayons de découvrir, ensemble, le subtil mélange qui fait sa force ou sa faiblesse.

 

Dans cette démarche, le croquis de géographie revêt toute son importance comme le souligne Michel Lextreyt, IPR, sur son tout nouveau site hup2.gif lorsqu'il écrit : "On ne réduit pas non plus la réalisation des croquis à des moments plus ou moins exceptionnels (séances de travaux pratiques par exemple), mais on l'inscrit dans la démarche géographique au quotidien".

 

Et, comme le précise Michel Lextreyt dans le même article, "la culture du croquis est absente de la formation de beaucoup d'enseignants qui négligent par voie de conséquence cet apprentissage. Certains n'en mesurent pas l'intérêt, d'autres considèrent qu'il est une perte de temps, d'autres encore ne se sentent pas armés pour l'aborder correctement..."

 

Souvent d'ailleurs, lorsque l'enseignant se sent "contraint" d'aborder le croquis, il lui préfère les modèles, dont Michel Lextreyt toujours dans son article nous dit, à juste titre, que : "il utilise des signes normés et un vocabulaire spécifique qui facilitent (lorsqu'on les a assimilés) la compréhension de ce qu'on a voulu démontrer. Il est sans doute très réducteur et a sûrement abouti à des excès. (...) On notera qu'après une période euphorique où les modèles étaient partout (et en particulier dans les manuels scolaires), on est revenu en arrière et on les utilise avec beaucoup plus de modération, donc d'intelligence."

 

Ainsi, mal préparé, voire pas préparé du tout, les élèves appréhendent "le" croquis de géographie. En revanche, si, comme je l'ai déjà "martelé" dans ce site, l'enseignant intègre le croquis de géographie dans sa démarche, il deviendra aussi naturel qu'il l'est dans d'autres sciences (biologie, chimie....)

 

La recette, la voici : (qui mérite toujours d'être améliorée si vous m'y aidez...)

 

Partons du constat simple mais trop souvent réel : les élèves qui arrivent au lycée n'ont pratiquement jamais vu "le" croquis de géographie. La classe de seconde doit donc permettre de palier à cet oubli. Nous avons, pour ce niveau, des heures de modules qui se prêtent justement à un approfondissement.

 

Je propose donc de débuter l'année scolaire en géographie avec une initiation au croquis de géographie.

 

Je prends appui sur un exercice proposé par le manuel Hatier (page 42-) et curieusement complété par le manuel Hachette (page 14-).... Heureusement, les deux exercices se rapportent à la même leçon "6 milliards d'hommes sur la terre"....

 

Bref, ma démarche de décompose en trois temps :

    1) en classe entière (salle informatique), à raison de deux élèves par poste de travail, une séance avec SCAP3 pour comprendre la construction d'une carte thématique (support Hatier);

    2) en classe entière, exploitation des cartes thématiques réalisées et premières explications (support Hachette);

    3) en module (salle informatique), à raison d'un élève par poste de travail, production d'un croquis de géographie avec OCAD à partir du travail effectué.

 

Première étape :

Dans la mesure où les élèves disposent du manuel Hatier, il est intéressant de leur demander de faire, à la maison avant la séance, l'exercice page 42/43. - il s'agit, à partir des données de populations et de superficies, de calculer les densités des 31 provinces chinoises puis de proposer sur cahier une carte thématique sur "la densité par province".

 

On peut valablement demander aux élèves de faire l'exercice en entier. Ainsi, ceux n'ayant jamais fait de cartographie "découvriront", les autres se "rafraîchiront" la mémoire. Dans tous les cas, la séance devant l'ordinateur et SCAP3 ne sera que plus profitable.

 

Au jour "J", l'enseignant aura pris le soin de préparer pour SCAP3 sa feuille excel avec les densités (voir prise en mains de SCAP3 leçon n° 2).

 

Le logiciel SCAP3 ayant été présenté en classe, l'enseignant guide les élèves pour la production de la première carte thématique.

Sur la base des paramètres du logiciel (leçon n° 4), en exécutant la carte (avec pour seule modification l'augmentation du nombre de classes à 5), l'élève obtient une carte thématique avec la méthode des quantiles comme suit :

 

L'élève pourra comparer le travail effectué par SCAP3 et le sien à la maison.

Si l'élève a convenablement suivi les consignes du manuel Hatier, sa carte faite à la maison, même juste, ne correspondra pas exactement à celle de SCAP3 et c'est bien.

 

Parce que l'enseignant aura ainsi l'occasion de préciser une donnée importante de la construction de la carte thématique, à savoir le choix des paliers.

 

En effet, en suivant Hatier, l'élève sera conduit à produire une carte avec la méthode des quantiles mais avec des paliers à chiffre ronds comme présentés par Hatier dans les pages 16 et 17. Mais, SCAP3, lui applique la méthode des quantiles juste. De ce fait, on fera remarquer à l'élève que la province de Hubei avec 315,9 habts/km2 se trouve avec SCAP3 dans la classe 4 et Hunan avec 305,2 habts/km2 se trouve dans la classe 3. En revanche avec le système des quantiles à chiffres ronds (normalement fait à la maison) Hubei et Hunan sont dans la même classe.

 

Explication : retour à SCAP3, la fenêtre discrétisation et là, on fait remarquer à l'élève que le choix des paliers (chiffres exacts ou ronds) est responsable de cette différence.

 

Puis, il est intéressant de poursuivre l'exercice proposé par ,Hatier avec le concours de SCAP3.

 

Demandez aux élèves de produire une nouvelle carte thématique (avec la technique discrétisation manuelle leçon n° 5) sur la base des paliers proposés par Hatier carte n°2 page 43 à savoir :

    * moins de 1 hbt/km2

    * de 1 à 10 habts/km2

    * de 10 à 200 hbts/km2

    * plus de 200 hbts/km2

 

Le résultat :

L'élève pourra comparer la présente carte avec celle du manuel. Première constatation : c'est presque la même mais... c'est en fait un prolongement de la question n° 9 de l'exercice proposé par Hatier puisqu'il permet (très rapidement) de comprendre que la carte réalisée avec les mêmes paliers n'est pas identique parce qu'elle repose sur l'unité provinciale.

 

Deux éléments forts de la construction d'une carte thématique :

    * le choix de l'unité à cartographier

    * le choix des paliers

Deux éléments à retenir pour l'analyse.

 

 

Deuxième étape :

La séance suivante, en classe, l'enseignant exploite les cartes réalisées avec, en complément, les exercices proposés par le manuel Hachette pages 14 et suivantes.

 

Pour ce faire, une technique simple et efficace : le rétro-projecteur.

 

La carte proposée par Hachette n°2 page 15 intitulée la distribution de la population en Chine en 1953 va servir de point de départ.

L'enseignant (à la maison) à l'aide du logiciel OCAD positionne cette carte et la recouvre des carreaux du cahier (méthode ici) et présente le tout sur un transparent pour rétroprojecteur comme suit :

   

 

A l'aide de ces deux cartes positionnées par rapport aux carreaux de cahier et de la carte schématique qui reprend la même disposition (par rapport aux carreaux), l'enseignant peut entamer une première approche du croquis de géographie.

 

L'enseignant projette sur un tableau blanc les trois cartes et distribue aux élèves une photocopie comprenant plusieurs cartes schématiques vierges comme ci-dessus. il demande ensuite aux élèves, à l'aide d'un trait rouge, de délimiter la zone de fort peuplement en 1953. Puis, à l'aide de flèches, de faire apparaître la progression.

L'enseignant pour la correction demande à un élève de s'exécuter au tableau.

 

par ailleurs, l'enseignant, sur la base de la carte confectionnée avec SCAP3 demandera à l'élève de délimiter sur un fond de carte schématique les différentes zones de peuplement.

 

Intérêts de la  démarche : l'élève va "s'approprier" l'espace. Grâce aux carreaux du cahier il reportera le plus fidèlement possible les zones. Il comprendra qu'une carte ce n'est pas quelques vagues traits placés ci et là comme c'est trop souvent le cas au bac. Il se familiarisera avec le repérage et le report d'une carte sur un croquis. Il comprendra enfin comme le souligne notamment Emmanuel NOUSSIS dans la revue pédagogique d'H/G n°46 de l'académie de Strasbourg que "le croquis sera le résultat d'une recherche et non pas un produit prêt-à-porter".

 

Ensuite, l'enseignant pourra mettre en oeuvre les questions du manuel Hachette page 17 en les adaptant à la cartographie à savoir :

    - documents proposés :

      - une carte intitulée "les conditions naturelles" p. 16 n° 1

      - une carte intitulée "Chine du riz, Chine du blé : une mise ne valeur de l'Est" p. 16 n° 2

      - un texte intitulé "La civilisation du riz" - JP Larivière et P. Sigwalt - La chine, Masson, 1992

L'enseignant aura pris le soin de traiter les deux cartes avec OCAD comme ci-dessus afin de les projeter

On demandera sur la base de ces documents à l'élève de répondre à la question du manuel : "classez les facteurs de la répartition de la population fournis par ces documents (p;17)" et on ajoutera reportez ces facteurs sur vos différents fonds de cartes schématiques.

On pourra conclure en demandant aux élèves de répondre à la question manuel Hachette  : " quelle organisation de l'espace chinois les documents montrent-ils ? (p. 17)" et on ajoutera reportez cette organisation sur un fond de carte schématique.

 

 

Troisième étape :

Retour en salle informatique en module donc en demi groupe.

Avec les schémas réalisés, l'élève va construire son premier croquis.

Tout d'abord le schéma fait à partir de la carte réalisée avec SCAP3. L'élève appelle cette carte en modèle dans OCAD (voir prise en mains d'OCAD) puis, construit son croquis de la répartition de la population en Chine. Le schéma réalisé à la main va lui servir de point de départ. L'élève sait à présent ce qu'il doit retenir et pourra donc ne pas être tenté par reproduire trop de détails avec OCAD. L'intérêt d'un bon croquis réside dans le fait qu'il faut des délimitations exactes, réalistes, et pas tremblotantes comme nous le montre tristement "Séquence Bac" de Bréal, mars 2002 page 259.

 

Intérêt de la démarche :

OCAD permet trois choses :

    * un graphisme rapide, avec un jeu de couleur approprié (type crayons de couleur)

    * la possibilité de modifier très rapidement et plusieurs fois le croquis jusqu'à obtenir un "bon" croquis.

    * grâce aux cartes (traditionnelles ou schématiques que j'offre) positionnées par rapport à des carreaux de cahier, l'élève pourra reproduire son croquis dans son cahier.

Par ailleurs l'élève se rend bien compte que l'on construit son croquis et que pour ce faire il a besoin de plusieurs brouillons avant d'arriver à un résultat comme le soulignent de nombreux auteurs à l'exemple d'Emmanuel NOUSSIS (cité ci-dessus) ou les Editions Albin Michel dans "Exos-types, Bac cartographie" 1999.

Or, justement, les schémas proposés dans ce site s'y prêtent volontiers. Ils sont faciles à exécuter et réellement précis. Deux atouts au moins...

 

L'élève, une fois familiarisé avec OCAD (deux ou trois séances en module) pourra exécuter, avec ses autres schémas, un croquis sur l'organisation de l'espace chinois tel que le demandait la question de la page 17du manuel Hachette.

 

Enfin, il est important de demander à l'élève de reproduire son croquis sur son cahier. Si l'établissement est doté d'imprimantes couleurs on peut tout simplement imprimer le travail de l'élève. Sinon, OCAD étant totalement gratuit, l'élève peut s'envoyer la carte par courriel et la récupérer à la maison.

 

Et pour conclure, je cite Emmanuel NOUSSIS (ci-dessus cité) "Le recours au rétroprojecteur pour confronter des croquis d'élèves, faits sur transparents, entre eux et avec celui du professeur, nous semble ici incontournable. Les choix cartographiques sont ainsi explicités, corrigés, et les élèves voient mieux ce qu'on attend d'eux, tout en relativisant leur carte, qui, ne l'oublions pas, est une représentation spatiale parmi d'autres".

 

 

Note : la technique de reproduction sur la cahier à partir des croquis OCAD est développée dans la page "Boîte à outils pour élèves".

 

Et à vous tous qui m'avez suivi jusqu'ici,

 

 

Bon travail....

...SDLV

 

     

     Cliquez sur la main pour revenir en début de page

 

 

 

 

 
 

Croquis :

Allemagne - Amérique du Nord - Asie Orientale - Belgique - Brésil - Chine - Espace méditerranéen - Espace mondial - Espagne -Europe - Europe Rhénane - France - Inde - Italie - Japon - Royaume Uni - Russie - U.S.A.

Fonds de cartes :

Allemagne - Amérique du Nord - Asie Orientale - Belgique - Brésil - Chine - Espace méditerranéen - Espace mondial - Espagne -Europe - Europe Rhénane - France - Inde - Italie - Japon - Royaume Uni - Russie - U.S.A.

Méthodologie :

Boîte à Outils Prof : Grammaire - Alphabet - Mise en Oeuvre Prof

Ordinateur : OCAD - SCAP3 - Géoclip - SIG

Exemple collège - Exemple lycée

Boîte à Outils élève

JM